Vía de la Plata

La Via de la Plata joint l’esprit sudiste d’Andalousie et d’Extremadura au finisterre galicien.

Por Laza:

  • Longueur 212,3 Km
  • Difficulté Moyenne

Por Verín:

  • Longueur 254,3 Km
  • Difficulté Moyenne

Por Feces:

  • Longueur 187,2 Km
  • Difficulté Moyenne
Vía de la Plata

Il prolonge la chaussée romaine dénommée Vía de la Plata, qui reliait Emerita Augusta (Mérida) à Asturica Augusta (Astorga). La voie a été tracée au début de la chrétienté en utilisant des chemins plus anciens. Il entre en Galice par A Mezquita et c’est le chemin jacobée galicien le plus long. Le terme “Vía de la Plata” n’a rien à voir avec l’exploitation ou le commerce de ce métal précieux, sinon qu’il vient de l’arabe Bal’latta, le terme avec lequel les arabes ont désigné cette voie ample et pavée par laquelle ils s’acheminaient vers le nord chrétien. Toutefois, cette voie a été employée pour le commerce de l’argent d’Amérique débarqué sur les quais de Séville.

C’est par cette route qu’Almanzor avançait avec son infanterie contre Saint Jacques en août 997. Et c’est aussi par cette voie, semble-t-il, que quelques siècles plus tard sont revenues de Cordoue à Compostelle les cloches de la Cathédrale qu’Almanzor avait emporté à cette occasion et rendues après la conquête de Cordoue en 1236. Également, plusieurs chemins venant du Portugal entraient dans la province d’Ourense, joignant ensuite ceux que nous décrivons ici.

Tracé de la route et points d’intérêt

La Vía de la Plata parcourt en Galice un patrimoine naturel et ethnographique exceptionnel : l’énorme richesse de la province d’Ourense, la région de la rivière Deza et le cours de la rivière Ulla se présentent au pèlerin pleins d’attraits.

Dans la deuxième moitié du XIIIe siècle – après la prise de Séville et de Cordoue aux arabes – cet itinéraire a commencé à être utilisé par les pèlerins d’Andalousie et d’Extremadura. Les uns continuaient jusqu’à Astorga, rejoignant ici le Chemin Français ; d’autres prenaient la déviation de Puebla de Sanabria-A Gudiña et, de là – soit par Laza soit en passant par Verín – jusqu’à Ourense et Saint Jacques. Une troisième possibilité conduisait les pèlerins par le nord-est du Portugal vers Verín.

Parmi les pèlerins les plus connus qui ont parcouru la Vía de la Plata se trouvent Gonzalo Fernández de Córdoba, le Grand Capitaine, qui est allé à Saint Jacques pour tenir une promesse, et saint Toribio de Mongrovejo, licencié en droit canon par l’Université de Saint Jacques en 1568, futur archevêque de Lima et canonisé en 1726.

La Vía de la Plata parcourt en Galice un patrimoine naturel et ethnographique exceptionnel : l’énorme richesse de la province d’Ourense, la région de la rivière Deza et le cours de la rivière Ulla se présentent au pèlerin pleins d’attraits.

Enfin, du Portugal, il y a eu plusieurs chemins de l’intérieur en direction de Saint Jacques qui entraient dans la province d’Ourense, comme celui qui depuis Chaves arrive à Verín à travers Feces de Abaixo.