Chemin Primitif

Le Chemin Primitif a été un itinéraire très fréquenté par les peuples d’Asturias et de Galice pendant le IXe siècle et une bonne partie du Xe siècle, et a attiré aussi des pèlerins provenant d’autres zones du nord de l’Espagne et d’Europe. En 2015, il a été classé Patrimoine de l’Humanité par l’Unesco, en même temps que le Chemin du Nord.

por San Xoán de Padrón:

  • Longueur 161,8 Km
  • Difficulté Basse

por A Proba de Burón:

  • Longueur 162,9 Km
  • Difficulté Basse
Col d’O Acevo

Le Chemin Primitif est la première route de pèlerinage, la plus ancienne. Elle relie Oviedo à Saint Jacques de Compostelle et se déroule en grande partie sur des tracés de chaussées romaines. Le premier roi pèlerin a été précisément le roi d’Asturias et Galice Alphonse II le Chaste qui, pendant le premier tiers du IXe siècle, a voulu voyager à Saint Jacques pour confirmer que les restes qui venaient d’être trouvés à Compostelle étaient réellement ceux de l’apôtre.

La dévotion du roi pour la cause jacobée – il avait été élevé dans le monastère de Samos (Lugo) et était partisan du Béat de Liébana – a été décisive pour établir le nouveau culte. Alphonse II ferait construire, dans la ville naissante, la première église. De plus, il a accordé diverses donations et a favorisé l’établissement de la première communauté monacale destinée à prendre en charge la demande du culte sur l’autel de Saint Jacques, le monastère d’Antealtares.

Tracé de la route et points d’intérêt

La route primitive a continué d’être une possibilité pour les pèlerins dévots de la grande collection de reliques de la cathédrale de Saint Sauveur d’Oviedo et de Lugo, qui jouit du privilège papal d’exposer jour et nuit le Très Saint Sacrement.

Le Chemin Primitif a été un itinéraire très fréquenté par les peuples d’Asturias et de Galice pendant le IXe siècle et une bonne partie du Xe siècle, et a attiré aussi des pèlerins provenant d’autres zones du nord de l’Espagne et d’Europe. Il a été emprunté à deux reprises par le successeur d’Alphonse II : Alphonse III le Grand, artisan de la consécration à Saint Jacques de la deuxième basilique en 899.

Plus tard, lorsque León est devenue la nouvelle capitale du royaume, les rois ont favorisé (XIe-XIIe siècles) le Chemin Français en tant que route privilégiée. Malgré cela, la route primitive a continué d’être une possibilité pour les pèlerins dévots de la grande collection de reliques de la cathédrale de Saint Sauveur d’Oviedo et de Lugo, qui jouit du privilège papal d’exposer jour et nuit le Très Saint Sacrement. De plus, de son importance font foi les vestiges de nombreux hôpitaux de pèlerins : certains, dans les zones de haute montagne, et d’autres dans la ville de Lugo.

En 2015, il a été classé par l’Unesco, avec le Chemin du Nord, Patrimoine de l’Humanité, la plus grande distinction que peut recevoir un bien culturel.

+ Information