Chemin Portugais

Étape : A Guarda-Oia

  • Longueur 16,7 Km
  • Difficulté Basse
  • Durée estimée 3h 20min

Vous vous rendez à Oia en longeant la ligne de la côte, avec l’océan toujours sur votre gauche. Le tronçon est plat et avec très peu d’ombre. La brise de la mer adoucit la force du soleil en été.

A Guarda- Portecelo

  • Longueur 10,5 Km
  • Difficulté Moyenne-Haute
  • Durée estimée 2h 05min

L’entrée en Galice par la côte commence à A Pasaxe (A Guarda). Vous avez dit au revoir au Portugal à Caminha. A Guarda a grandi sur le flanc de l’imposant ‘castro’ de Sainte Trega, principale valeur touristique et historique de cette localité. C’est l’établissement galicien-romain le plus significatif et visité de Galice. Il a été classé monument historique artistique national en 1931. De plus, sur plusieurs pierres du mont nous pouvons observer des pétroglyphes réalisés jusqu’à 2000 ans avant l’occupation du site, qui s’est poursuivie entre le Ie siècle av. J.-C. et le Ie siècle.

Du haut vous serez surpris par une vue magnifique de l’embouchure du fleuve Miño. L’estuaire que forment les derniers mètres du grand fleuve galicien est particulièrement attrayant à marée basse et au coucher du soleil, avec les joncs, les cormorans et les canards sur le marais.

Portecelo- Oia

  • Longueur 6,2 Km
  • Difficulté Basse
  • Durée estimée 1h 15min

Vous vous rendez à Oia le long de la ligne côtière, avec l’océan toujours à gauche. Le tronçon est plat et avec très peu d’ombre. La brise marine adoucira la force du soleil en été. Vous arrivez au monastère historique de Sainte Marie de Oia, situé en plein littoral et en cours de restauration. À partir d’ici, cette route prend un autre de ses noms : le “Chemin monacal”. Le monastère, de la fin du XIIe siècle, est un des meilleurs exemples de l’austérité, la fonctionnalité et la rigueur constructive de l’Ordre de Cîteaux. L’église garde des retables baroques avec des statues d’une grande expressivité.

Son emplacement stratégique a aidé, à diverses reprises, à la défense de la côte, comme au milieu du XVIIIe siècle, lorsque les moines ont réussi à faire échouer une attaque de la flotte turque.