Le Chemin, c’était parler avec les autres, être avec les autres, cohabiter.

...

J'ai déjà un âge, 60 ans, mais je fais assez bien. Je peux avec tout.

Le Chemin, c’était parler avec les autres, être avec les autres, cohabiter. Même aider à soigner des blessures… Je n’avais jamais vu ni touché le pied d’un australien, par exemple. Je ne savais rien de cela…

Tu avais du temps pour penser, penser, penser… Et savoir plus ou moins comment tu es. Le Chemin m’a beaucoup aidé à me connaître.

À partir d’Astorga commençait le défi personnel, parce que c’était un peu dur. Mais je le faisais avec une joie… ! Parce que j’étais plus près du but chaque jour et je m’enrichissais…

Les gens nous ont aidés, nous ont encouragés. Tant dans les auberges que chez les habitants.